Your browser (Internet Explorer 7 or lower) is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this and other websites. Learn how to update your browser.

X

EDF

En décembre 1999, la France est balayée au lendemain de Noël, par des vents d’une extrême violence. Le 26 décembre la tempête ravage toute la moitié Nord de la France avec des vents à plus de 200 Km/h. Les 27 et 28, c’est au Sud d’être touché à son tour. Les dégâts sont colossaux : on ne compte plus les toits arrachés, les arbres déracinés, les forêts dévastées… Des piétons ainsi que des automobilistes sont tués par des chutes d’arbres, ou des matériaux envolés. Le réseau électrique a souffert : plus de 3 400 000 français sont privés d’électricité, tous les départements sont dans le rouge. La gestion de cette situation sans précédent par EDF sera exemplaire. La mobilisation de l’entreprise sera totale et immédiate : 35 000 collaborateurs sont sur le terrain dès les premières heures du retour à l’accalmie. Ses retraités viennent bénévolement prêter main forte. Ses entreprises partenaires viennent la soutenir, l’armée apportent son concours et de l’aide étrangère arrive en renfort. L’électricité est rétablie à 80% dans les 3 jours. Reste toutefois une zone de 9 départements et 130 000 clients en difficulté. 95% des raccordements seront atteints en 2 semaines.

Tout au long de la crise, les médias salueront la mobilisation de l’électricien et la solidarité qui s’est installée autour de lui pour gérer au mieux une situation de dévastation jamais connue. EDF ressort incontestablement grandit de cet épisode. Elle a su faire la preuve de sa capacité à gérer l’urgence, de son efficacité dans des conditions extrêmes. Son indice d’image, qui la positionnait déjà parmi les entreprises préférées des Français, caracole en tête du baromètre d’image des grandes entreprises françaises (réalisés chaque année par IPSOS). Elle était alors, au sortir d’une crise sans précédent, l’entreprise préférée des Français.

Depuis son indice a reculé, subissant les soubresauts de l’actualité : changement de statut, succession de François Roussely, hausse des prix,… EDF bénéficie toutefois toujours d’un capital d’image confortable qui la maintient dans le Top 10 du classement.