Your browser (Internet Explorer 7 or lower) is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this and other websites. Learn how to update your browser.

X

AZF

 

Contexte traumatique post 11 septembre

AZote Fertilisants, tristement célèbre sous l’acronyme AZF et aujourd’hui disparue, cette usine chimique alors filiale d’Atofina regroupait les activités chimiques du groupe TotalFinaElf. Le 21 septembre 2001, 10H18 explosent quelques 40 tonnes d’un stock de nitrate d’amoniom, creusant un cratère de près de 30 mètres de diamètre et d’une dizaine de mètre de profondeur. L’explosion fait 30 morts, 2 500 blessés graves et 8 000 blessés légers et de nombreuses destructions (logements, entreprises et équipements publics…) au sud ouest de la ville. 10 jours précisément après les attentats de New York, la signature terroriste plane immédiatement sur l’événement, la France (décideurs et opinion publique) est sous le choc.

Très vite, la thèse de l’attentat est écartée. 3 jours après l’explosion, le Procureur de la République, M. Bréard déclare qu’il s’agit « à 99% » d’un accident. Pourtant, cinq ans après, malgré les enquêtes et les différentes hypothèses examinées, les responsabilités n’ont donc toujours pas pu être établies et aucune explication convaincante n’a encore été apportée. Toutefois, aucune revendication sérieuse n’a conduit à réexaminer la thèse de l’attentat.

Dans un contexte post traumatique lié au 11 septembre, l’événement a laissé de séquelles importantes : au-delà du bilan humain et matériel, le traumatisme subi par la population est réel et tenace, à tel point que la combinaison de lettres AZF a été supprimé pour l’immatriculation des véhicules du département !