Your browser (Internet Explorer 7 or lower) is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this and other websites. Learn how to update your browser.

X
    D’« Accident » à « Zidane », l’abécédaire en cent et quelques mots de la gestion et de la communication de crise, par Vae Solis Corporate et le Service d’Information du Gouvernement (SIG), publié à la Documentation Française.
    Quelle perception ont les Français des crises sanitaires ? Quels acteurs sont, selon eux, les plus aptes à les gérer ? Quels comportements adopter face à une crise alimentaire ? C’est pour répondre à quelques-unes de ces questions que nous avons lancé l’Observatoire des Risques Sanitaires en 2005.
    Décryptages, commentaires mais aussi bonnes pratiques. Retrouvez les interventions des experts de Vae Solis Corporate dans les médias.

    Le mot

    C’est l’un des trois mots-clés de la gestion et de la communication de crise, avec la transparence et l’empathie. La pire des réactions face à la crise est de rester sans réaction (quelle qu’en soit la raison) ou de…

Les entreprises au défi du risque de réputation

Alors même que le risque de réputation est considéré par les dirigeants comme le risque stratégique le plus important pour leurs entreprises (87%), celles-ci demeurent mal préparées à y faire face, révèle l’étude Deloitte « Reputation at Risk », menées auprès de 300 grandes entreprises. Ainsi, seules 19% des entreprises interrogées sont parfaitement confiantes dans leurs compétences en matière de gestion du risque de réputation. 57% d’entre elles se déclarent moyennement prêtes tandis que 23% des entreprises ayant participé à cette étude se disent peu ou même pas du tout préparées à gérer le risque de réputation.…

Lu pour vous... "Entreprises : retrouver le temps pertinent » de Bruno Mettling - Editions Débats Publics - juin 2014

Par Patricia Blanchard-Bouvelot - Vae Solis Corporate Et si la rupture entre « l’élite » et les citoyens provenait d’abord d’une fracture au sein même de l’entreprise ? Et si la dictature du temps court avait empoisonné jusqu’au cœur des organisations, délitant la confiance entre le corps social des grandes entreprises et ses dirigeants ? Et si l’avenir était à l’entreprise « bienveillante », en osmose avec son environnement territorial, ayant fait d’un «  nouveau contrat social », un investissement stratégique ? Bruno Mettling est tout sauf un rêveur ou un naïf. Le directeur général adjoint d’Orange, en charge des ressources humaines et…